12.6 C
Jérusalem
vendredi 2 décembre 2022

Pour les Palestiniens, la victoire de Netanyahou n’est qu’un changement de gardiens de prison

CHAUD AUJOURD'HUI

Les 80 gazelles urbaines de Jérusalem

Les 80 gazelles urbaines de Jérusalem se préparent pour l’hiver Alors que le temps se refroidit, les gazelles sauvages israéliennes en voie de disparition changent...

Libérez Issa Amro !

L’occupation israélienne a arrêté le défenseur des droits de l’homme et fondateur de Youth Against Settlement, Issa Amro Il a été convoqué pour une...

Direct – Guerre en Ukraine : la Chine affirme qu'elle ne fournit pas d’armes à la Russie

En ce 282e jour de guerre en Ukraine, près de la moitié du réseau électrique ukrainien est toujours hors d'usage, une...

La harissa, le raï et la sljivovica inscrits au patrimoine immatériel de l’humanité

Adoptée en octobre 2003 et ratifiée par 180 pays, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel promeut la sauvegarde des connaissances et savoir-faire...

« Des poupées de chiffon », « un avion pour papa »… On a lu les lettres adressées au père Noël depuis 1925

Le secrétariat du père Noël existe depuis 1962 mais La Poste était déjà destinataire de courriers envoyés par des enfants au père Noël, avant cette...

Quels que soient les résultats des élections en Israël, il y aura toujours du soutien pour la poursuite de l’oppression des Palestiniens.

Benjamin Netanyahu a fait un retour en force après son éviction en 2021 sur fond d’allégations de corruption. Lors des élections de cette semaine, son parti, le Likoud, a obtenu plus de voix que tout autre parti et ses alliés d’extrême droite sont arrivés en troisième position, ouvrant la voie à un gouvernement de coalition dirigé par le Likoud. Bien que la formation d’une coalition ne soit pas un jeu facile – en effet, Netanyahou n’a pas réussi à le faire lors des quatre élections précédentes – cette fois, il devrait former un bloc majoritaire confortable avec les partis ultra-orthodoxes et d’extrême droite.

Publicité

Publicité

Publicité

Pourtant, malgré cette perspective, pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, les élections israéliennes n’ont pas été au premier plan des discussions politiques, car ils continuent à résister et à lutter pour leur survie sur un territoire de plus en plus réduit. Pour eux, la question est simplement de changer les gardiens de prison, car tous les partis israéliens se rejoignent sur le soutien à l’oppression continue des Palestiniens et à la colonisation de la Palestine.

Le leader du parti sioniste religieux, Itamar Ben-Gvir, a pris de l’importance l’année dernière. Il était autrefois considéré comme un candidat marginal, mais a depuis rassemblé de nombreux partisans. Il vit dans une colonie de Hébron connue sous le nom de Kiryat Arba, qui abrite certains des colons israéliens les plus extrémistes de Cisjordanie, et a construit une carrière juridique en défendant les extrémistes juifs israéliens.

Sa plateforme comprend le soutien à l’annexion complète de la Cisjordanie par Israël et il a été à l’avant-garde du soutien à la violence des colons israéliens en Palestine. Il s’est même présenté dans le quartier palestinien de Jérusalem de Sheikh Jarrah avec une arme.

Cet encouragement à la violence décomplexée accordé aux colons a entraîné des répercussions palpables sur les Palestiniens, en particulier en Cisjordanie. Le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires a signalé que la violence des colons à l’encontre des Palestiniens est à son plus haut niveau depuis 2005. L’augmentation de la violence due à la rhétorique incendiaire ne doit pas être sous-estimée. S’exprimant lors d’un rassemblement électoral, Ben-Gvir a déclaré : « Chaque fois que [les Arabes] attaquent une voiture juive, notre peuple, je cours voir ce qui se passe… Nous avons besoin de nouvelles règles contre les terroristes, nous devons permettre à tous les citoyens de se protéger avec des armes à feu. Nous avons besoin de lois pour protéger les soldats ».

Au-delà de l’extrême-droite, la suprématie juive israélienne est normalisée dans tout le spectre politique israélien. Le premier ministre sortant, Yair Lapid – un soi-disant « centriste » – ne fait pas exception. En 2013, Lapid a déclaré au Time Magazine : « Vous savez que mon père n’est pas venu du ghetto pour vivre dans un pays mi-arabe, mi-juif. Il est venu ici pour vivre dans un État juif. »

Lors de l’assemblée générale des Nations unies en septembre de cette année, Lapid a « approuvé » la solution à deux États, à la grande joie de nombreux membres de la communauté internationale qui tentent toujours de faire avancer cette idée obsolète. Mais un simple coup d’œil aux positions politiques de son parti, Yesh Atid, sur la Cisjordanie, révèle ce qu’il entend par solution à deux États : l’annexion des blocs de colonies qui aura pour conséquence de couper la Cisjordanie en deux, ne laissant que des îlots d’autonomie palestinienne.

Un autre soi-disant « centriste », Benny Gantz, qui était à un moment donné challenger favori de Netanyahou au sein de la communauté internationale lors des élections de mai 2019, a utilisé la violence envers les Palestiniens comme un cri de ralliement. Dans sa vidéo de campagne électorale en 2019, il a utilisé des images d’une Gaza détruite et a affirmé en avoir renvoyé certaines parties « à l’âge de pierre ».

Pour les Palestiniens, plus de sept décennies d’oppression, de vol et de colonisation des terres ont montré que, gauche ou droite, le gouvernement ne fait aucune différence pour leur avenir. Le régime israélien est fondamentalement construit sur leur oppression. C’est pourquoi, en fin de compte, les Palestiniens ne veulent pas de gardiens de prison différents. Ils veulent se libérer de la prison.

Trad. A.G pour l’Agence Média Palestine

Publicité

Publicité

Publicité

Source : The Guardian

SourceOUMMA.COM

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

Smotrich et Ben Gvir , le divorce …

Le divorce est officiel ?  : Le divorce est officiel ?  : Smotrich et Ben Gvir ne sont plus coordonnés avec le Likoud La relation...

Les Juifs de France, un « marchepied politique » pour le RN

Les Juifs de France, un « marchepied politique » pour le RN, dit le président du CRIF Yonathan Arfi affirme que le parti multiplie les « prises de guerre » pour « regagner...

Israël; des programmes pour attirer des talents de l’étranger

Israël financera des programmes de formation pour attirer des talents de l’étranger Face à la pénurie de professionnels qualifiés, l’IIA va allouer 17,6 millions de...

Le cadeau envoyé par les mercenaires de Poutine au parlement

C’est ce à quoi l’Union européenne ne s’attendait pas : c’est le cadeau envoyé par les mercenaires de Poutine au parlement Guerre russo -ukrainienne :  Sur fond...

Israël : l’avocat Salah Hamouri expulsé vers la France

Israël : l’avocat Salah Hamouri bientôt expulsé vers la France Les faits Détenu depuis près de huit mois, l’avocat Salah Hamouri sera expulsé en France dimanche 4 décembre....